Les bitcoins peuvent-ils être échangés en franchise d’impôt ?

0
756
bitcoin

La monnaie numérique Bitcoin a été créée en 2009 à la suite de la crise financière. La monnaie peut être transférée via des systèmes peer-to-peer et est échangée contre des monnaies conventionnelles par les entrepreneurs et les bourses. Un homme d’affaires suédois a voulu mettre en place un tel système et a soulevé un litige entre la Commission suédoise compétente et une autorité fiscale suédoise. La question n’a pu être résolue devant la Cour administrative suprême suédoise et a donc été renvoyée devant la Cour de justice des Communautés européennes. Ce dernier a décidé que l’échange de la monnaie Bitcoin est toujours exonéré de TVA.

Échange de bitcoins en franchise d’impôt

L’échange des monnaies conventionnelles contre la monnaie virtuelle „Bitcoin“ reste exonéré d’impôts. Le terme „Bitcoin“ vient de l’anglais et signifie „binary digit coin“. Les bitcoins font partie d’un système de paiement disponible dans le monde entier et représentent une unité monétaire. Les paiements sont traités selon la méthode peer-to-peer, c’est-à-dire via un réseau de plusieurs ordinateurs. Par conséquent, un agent central de règlement n’est pas nécessaire, comme c’est le cas pour les opérations bancaires conventionnelles. La balance Bitcoin est stockée dans des „portefeuilles“ numériques. La valeur marchande des bitcoins résulte de la relation entre l’offre et la demande et n’est pas liée aux systèmes monétaires ou aux taux de change nationaux. La monnaie virtuelle Bitcoin a été décrite pour la première fois en 2008 et publiée peu de temps après. A cet effet, un logiciel a été distribué, qui peut être utilisé gratuitement par les participants. Le logiciel gère les bases de données décentralisées dans lesquelles toutes les transactions sont enregistrées. L’avantage fondamental du système Bitcoin réside dans sa liberté géographique, c’est-à-dire qu’il est possible d’utiliser un système Connexion Internet, aucune restriction d’aucune sorte.

L’arrêt de la Cour de justice des Communautés européennes

Le 15 octobre 2015, la Cour de justice des Communautés européennes à Luxembourg a statué que l’échange de bitcoins contre des monnaies traditionnelles reste exonéré d’impôt. Les bitcoins sont des moyens de paiement courants et doivent également être considérés comme tels d’un point de vue juridique. Dans son arrêt, la plus haute juridiction européenne s’est référée à une affaire qui s’est déroulée en Suède. Là, un utilisateur souhaitait mettre en place un modèle d’affaires dans lequel les Bitcoins sont échangés contre des devises conventionnelles ou des devises conventionnelles contre des Bitcoins. Il a donc demandé à la Commission responsable en Suède s’il devait payer une taxe sur le chiffre d’affaires pour ses services. La Commission suédoise l’a informé qu’en principe, aucune taxe sur le chiffre d’affaires ne devrait être payée sur l’échange. L’administration fiscale a adopté une position différente et a introduit un recours devant la Cour administrative suprême suédoise. Ce dernier a saisi la Cour de justice des Communautés européennes de la question et a demandé une décision. L’arrière-plan du traitement strict réside dans les propriétés des bitcoins. Une étude américaine indique que les criminels aiment particulièrement payer avec des bitcoins et que le système de paiement est souvent utilisé pour le blanchiment d’argent. Les bitcoins sont généralement considérés comme controversés car les taux sous-jacents sont formés par l’offre et la demande et peuvent fluctuer fortement. Dans sa décision (affaire C – 264/14), la Cour de justice des Communautés européennes a déclaré que les bitcoins doivent être traités comme des monnaies nationales et sont donc exonérés de la taxe sur le chiffre d’affaires. L’argument principal est que les bitcoins sont un moyen de paiement traditionnel. Pour la monnaie Bitcoin elle-même, la décision est avantageuse : le système est officiellement reconnu et continuera à gagner en popularité en raison de l’absence d’une taxe de vente. La monnaie Bitcoin a été inventée en pleine crise financière : A cette époque, le système Bitcoin devrait compléter les systèmes monétaires nationaux et créer une nouvelle confiance. La valeur marchande est calculée selon une méthode complexe, c’est pourquoi les bitcoins sont très similaires aux systèmes de paiement traditionnels. Bien que la Cour de justice des Communautés européennes ait statué que l’échange de bitcoins reste exonéré de TVA, les bénéfices de la spéculation monétaire doivent être imposés. Les spéculateurs sont donc obligés de taxer les recettes et les pertes résultant de la spéculation sur les devises.

Conséquences pour le système monétaire Bitcoin

Le système monétaire Bitcoin continuera à être accepté à la suite de l’arrêt de la Cour de justice européenne. Ces dernières années, la monnaie virtuelle est devenue de plus en plus populaire. Depuis juillet 2014, il est accepté par la société informatique Dell. Les dons de Bitcoins sont acceptés par la Wikimedia Foundation et Greenpeace depuis 2014. De plus, PayPal offre à ses marchands la possibilité d’accepter des paiements via Bitcoins. Les bitcoins peuvent être utilisés pour payer des biens et services. Il y a maintenant plus de 7 000 endroits où les bitcoins sont acceptés comme moyens de paiement pour les restaurants, hôtels et autres. Sur Internet, les bitcoins sont utilisés, entre autres, pour payer les jeux de hasard, le cyberbegging et le strip-tease en ligne. Les biens non commercialisables, les meurtres à contrat, les drogues et autres services illégaux sont également facturés par Bitcoins. Des plates-formes en ligne ou des systèmes logiciels locaux peuvent être utilisés pour recevoir et transférer des bitcoins. Lors des échanges en ligne, les bitcoins peuvent être échangés contre d’autres devises, des cartes Paysafecards et des e-devises. En règle générale, cela implique des frais de 0,2 à 1 %. Le professionnalisme et la La gravité de la situation varie considérablement d’un fournisseur à l’autre. La mobilité aisée des Bitcoins et le stockage d’immenses sommes d’argent incitent énormément les pirates à pirater une plate-forme. C’est pourquoi il y a toujours des cambriolages où les clients perdent la totalité de leurs dépôts. De ce fait, certaines plates-formes annoncent une clause de responsabilité selon laquelle les dépôts piratés sont intégralement restitués par l’opérateur de la bourse. Lorsque vous échangez des bitcoins, il y a toujours un certain risque que les fiduciaires ou les partenaires commerciaux ne se comportent pas honnêtement. Par conséquent, seules des plates-formes sérieuses doivent être utilisées.

HINTERLASSEN SIE EINE ANTWORT

Please enter your comment!
Please enter your name here